Reprise d’entreprise : notre conseil acheteur manager

Le cabinet Jean-Pierre Rossignol et ses partenaires vous accompagnent à toutes les étapes de votre projet de reprise d’entreprise. Nous mettons en œuvre toutes les compétences pour bâtir une reprise durable, quel que soit le secteur d’activité. Réussir votre projet, c’est suivre les 10 recommandations d’un spécialiste du Conseil Acheteur Manager®.

Pourquoi reprendre une entreprise ?

Pourquoi reprendre une entreprise, plutôt que d’en créer une ? Tout simplement par ce que le rachat d’une entreprise est intéressant à plusieurs titres. Vous disposez :

  • du savoir-faire des équipes en place,
  • des moyens de production disponibles sans délai,
  • des clients,
  • de la connaissance marché du produit,
  • d’un chiffre d’affaires,
  • de locaux…

L’activité tourne déjà, il reste à suivre nos conseils pour que la transition se passe dans les meilleures conditions.

Nos conseils pour bien reprendre votre entreprise

1- Définir votre projet personnel

Quelles sont vos motivations et vos objectifs ? Etes-vous certain d’être un vrai patron en force de reprendre une entreprise ? La reprise d’entreprise répond-elle à vos attentes ? Listez en toute objectivité vos atouts, compétences, lacunes, besoins de formation, capacité financière, situation familiale, futur statut … Ne négligez rien ! Le cabinet Jean-Pierre Rossignol ne s’engagera à vos côtés que s’il est certain de voir en vous un vrai patron.

2- Etre accompagné d’un conseil en reprise d’entreprise

Le rachat d’une entreprise nécessite des compétences d’analyse de la cible, de son marché, financières, fiscales, juridiques... Ne vous lancez pas seul, faites-vous conseiller par un Conseil Acheteur Manager®, lui-même soutenu par une équipe d’experts.

3- Savoir définir votre cible

Le cabinet Jean-Pierre Rossignol vous aide à définir le profil de votre cible. Plusieurs critères vous aident dans votre choix : taille, secteur d’activité, clientèle, fournisseurs, conditions de reprise… Ces premiers critères permettent de définir les contours de la société cible et de disposer d’un projet crédible.

4- Le choix du cédant

Racheter une entreprise, c’est racheter une « partie de la vie » du cédant. Dans la négociation, les aspects relationnels et affectifs jouent un rôle décisif. C’est le cédant qui choisit. Il faut créer un climat de confiance pour le rassurer sur la pérennité de son entreprise après la cession.

5- Evaluer les risques

Evaluez et hiérarchisez les risques identifiés : marché, stratégiques, financiers, fiscaux, sociaux et environnementaux. Nos partenaires mettent leur expertise à votre disposition pour vous aider à consolider cette étape.

6- Le prix de cession de l’entreprise cible

Vous devez avoir une vision globale de la valeur de l’entreprise et évaluer son potentiel. Une partie de l’évaluation est subjective, car elle repose sur la personne du cédant et des équipes en place. N’oubliez pas que le passage de témoin de la part du cédant auprès du manager repreneur représente une valeur et un atout difficilement estimables, mais réels.

7- Rédiger la lettre d’intention

Avant de demander une exclusivité ou de rédiger une lettre d’intention, impliquez le conseil du cédant. Sondez-le, soumettez-lui votre projet de lettre d’intention. Il connaît bien la marge de négociation de son client.

8- Rédiger la documentation juridique 

Le cédant doit s’engager dans le processus de vente. La documentation juridique conjointe permet de contractualiser les positions de chacun. Elle permet de définir les clauses suspensives et résolutoires, voire les indemnités. D’autres points seront à négocier, comme la démission du cédant du conseil d’administration, une période d’accompagnement, une clause de non concurrence…

Le protocole d’accord et la garantie d’actif et de passif, constituant la documentation juridique, doivent être rédigés par un spécialiste pour assurer la réussite de votre projet d’acquisition.

9- Le financement de la reprise de votre entreprise

La qualité de votre dossier de reprise (business plan et plan de financement) devra être irréprochable. Il faut aussi que les financiers soient certains de la valeur et de la pérennité de votre projet. La confiance des équipes en place, votre crédibilité commerciale, technique et financière seront déterminantes. Quels que soient vos moyens financiers, il existe de nombreux montages financiers pour le rachat de votre entreprise. Un LMBI contribue à la constitution d’un patrimoine significatif pour le manager repreneur.

10- Faire preuve de capacité d’adaptation

Vous êtes désormais chef d’entreprise, dans une entreprise que vous ne connaissez pas encore dans les détails. Evitez de critiquer la gestion passée et les personnes en place. Notre accompagnement se poursuit après la cession pour vous aider à appréhender l’entreprise de l’intérieur et concrétiser son futur.

Nous contacter

par e-mail

au 01 44 09 06 10

210 ter, bd Pereire, 75017 PARIS