OBO - Reprise d’entreprise par son dirigeant

Comment soutenir la croissance de son entreprise, tout en préservant sa situation patrimoniale ? C’est un problème auquel les entrepreneurs se heurtent. L’OBO est l’une des solutions qui peut répondre à ces deux questions. Pour se lancer dans une telle démarche, mieux vaut être accompagné d’un expert, comme le cabinet Jean-Pierre Rossignol. Il guidera et optimisera l’opération au mieux de vos intérêts patrimoniaux et de ceux de votre entreprise.

Qu’est-ce que l’OBO ?

L’OBO vient de l’acronyme anglo-saxon « Owner By Out », ou « vente à soi-même ». L’OBO est une opération de capital-transmission. Elle permet au dirigeant, principal actionnaire, de transmettre une partie du capital de son entreprise à une société holding, tout en restant actionnaire majoritaire de cette société holding. C’est un montage avec effet de levier.

Les fonds de capital-investissement privilégient ce type d’opération. Ils accompagnent de préférence un entrepreneur en pleine force, ayant une entreprise à fort développement.

Quels sont les avantages d’une opération d’OBO ?

Une opération d’OBO présente plusieurs avantages :

  • soutenir le développement de l’entreprise, sous la direction du dirigeant expérimenté qui  a une connaissance parfaite de son entreprise, son marché, ses produits, ses clients, ses fournisseurs et de ses rouages,

Ce type d’opération destiné à « booster » la croissance d’une entreprise est souvent utilisé comme une étape devant favoriser la cession de l’entreprise dans un délai de l’ordre de 5 ans.

Le principe d’un OBO

  • Le dirigeant :
    ouvre le capital de sa société à des partenaires financiers,  ses cadres, ou sa famille, via une société holding détentrice de 100 % des titres de l’entreprise. Le dirigeant y participe soit en tant qu’actionnaire majoritaire ou minoritaire, il conserve à la fois son autonomie et son pouvoir de décision pour gérer son entreprise.
  • Le partenaire financier :
    souvent un capital-investisseur s’engage pour une durée de 3 à 7 ans. Il apporte des fonds propres, qu’il complète en contractant parallèlement une dette auprès d’un établissement bancaire.

Quel intérêt pour les parties ?

Pour le dirigeant d’une société prospère et en pleine croissance souhaitant ou non prendre sa retraite dans un délai de 3 à 7 ans :

  • capitaliser et sécuriser une partie de son patrimoine professionnel (sa société), en la transformant en patrimoine privé (liquidité),
  • rester intéressé financièrement au développement de son entreprise à la sortie de l’OBO.
  • préparer en douceur et sans risque la transmission de sa société, en encourageant la montée en puissance d’une équipe de cadres dirigeants
  • doter la société de nouveaux moyens financiers et humains et lui permettre de consolider sa position dans son secteur d’activité.

Pour le  partenaire financier :

  • réduire les risques, le dirigeant historique gardant la main sur la gestion de l’entreprise,
  • se garantir un délai court de liquidité, par la revente de sa participation.

Les clés de la réussite : s’appuyer sur un expert en OBO

Au cabinet Jean-Pierre Rossignol, nous disposons d’un réseau des partenaires financiers. Nous étudions ensemble votre situation, qui passe par un audit préalable de votre entreprise. Le cabinet prépare votre dossier. Il retient pour vous les investisseurs les plus adaptés à votre projet et aptes à vous accompagner dans le développement de votre entreprise.

Le cabinet vous accompagne tout au long du processus pour :

  • préparer le changement culturel de l’entreprise et des équipes,
  • élaborer le montage financier et juridique,
  • suivre l’entreprise tout au long de son développement, par exemple par une opération de croissance externe complémentaire.

La sortie de l’OBO

L’OBO est une étape dans la vie d’une entreprise, qui peut se dérouler sur 3 à 7 ans. A la sortie de l’OBO, la société doit avoir renforcé ces positions par rapport à son entrée. L’OBO doit avoir largement favorisé sa croissance.

A sa sortie, le dirigeant dispose de plusieurs options :

  • céder la totalité de sa participation, en même temps que l’investisseur.
  • réinvestir tout ou parti du produit de sa cession dans une nouvelle activité.
  • prendre sa retraite et garder le produit de sa vente. Le choix de l’OBO traduisant la volonté du dirigeant de se désengager au profit d’une équipe dirigeante, entrée au capital lors de cette opération.
  • racheter la participation de l’investisseur et continuer seul le développement de son activité.
  • participer à un nouvel OBO.

Nous contacter

par e-mail

au 01 44 09 06 10

210 ter, bd Pereire, 75017 PARIS