Témoignages

Jean-Louis Marulaz

 

 

 

Jean-Louis Marulaz
Président de la SAS AEM.

 

 

 

 

 

 

Pourquoi avoir choisi le cabinet Jean-Pierre Rossignol ?

  • Après la formation du CRA, je me suis retrouvé un peu seul à rechercher des cibles intéressantes et correspondant à mon projet de reprise. Cela n'avançait pas très vite. Sollicité par la communication de Jean-Pierre, je l'ai rencontré et nous avons très vite conclus. J'ai été convaincu par son expérience, par le fait qu'il avait lui-même dirigé des entreprises et par sa connaissance des arcanes de la reprise. J'ai vérifié dans mon entourage et auprès de l'une de ses références qu'il était bien l'expert qu'il prétendait être et j'ai donc ainsi relancé sérieusement mon projet de reprise.

Comment la mission s’est-elle passée ?

  • Nous avons étudié ensemble de nombreux dossiers, certains qu'ils m'apportaient, d'autres que je trouvais. La pertinence de son regard sur les PME que nous rencontrions m'ont fait gagner beaucoup de temps dans le traitement des dossiers et m'ont évité de me fourvoyer dans des affaires sans intérêt ou même dangereuses. Il m'a accompagné dans toutes mes visites et rendez-vous de négociation, m'aidant dans les analyses financières, me proposant des montages financiers originaux. Lorsqu'enfin j'ai trouvé la cible idéale au regard de mes critères de recherche, il m'a aidé à la formalisation de mon dossier de reprise. Ensemble nous avons cherché les financements (fonds d'investissements et banques) et là encore, il était avec moi pour m'aider et me soutenir dans ces longues démarches. Un autre apport essentiel de Jean-Pierre : c'est le soutien personnel. En effet, une reprise d'entreprise n'est pas un long fleuve tranquille. Il y a des hauts et des bas et Jean-Pierre était toujours là pour me remonter le moral et me relancer sur le dossier suivant.

Pourquoi la société AEM ?

  • C'est une entreprise qui correspond parfaitement à mes critères de recherche : société in boni, de 5 à 10 M€, de 30 à 50 salariés, industrielle, B to B, suffisamment structurée pour que le cédant ne soit pas un pion essentiel à sa survie. Après les affres de la mise en place des financements (et de nombreux rebondissements), la reprise s'est déroulé de manière idéale : premier contact avec une équipe sympathique, professionnelle et responsable, le cédant n'est resté que quelques semaines et s'il n'y avait la crise économique qui écorche un peu le CA en 2009, tout serait parfait. AEM conçoit fabrique et distribue des équipements thermiques au gaz destinés à une clientèle de professionnels. Venez visiter le site : www.bruleuraem.fr, vous comprendrez mieux ses métiers !

Comment s’est passée la rencontre avec le cédant ?

  • Excellente chaque fois, des cédants très agréables, toujours à la recherche de solutions positives devant des points de blocage
  • Humainement, c’est un cas de rêve, d’autant que je sortais d’une négociation longue avec un précédent cédant capricieux qui a refusé de vendre après 7 mois de négociations

Quels conseils donner à un futur repreneur ?

  • Être persuadé que la reprise d’une entreprise est bien «son projet», et le mener à temps plein et si possible après une formation sur le sujet,
  • Disposer de temps : prévoir 2 ans et ne pas s'impatienter,
  • Ne pas se précipiter sur la première «bonne affaire», et savoir que certaines affaires n’aboutiront pas,
  • Être accompagné et entouré de ses proches, d'amis et de compagnons de route,
  • Bien penser son financement pour oublier la trésorerie après la reprise et ne penser que développement…

< Témoignage précédent                                     > Témoignage suivant

Nous contacter

par e-mail

au 01 44 09 06 10

210 ter, bd Pereire, 75017 PARIS

Profil du repreneur

  • Ingégnieur ESIEA – ICG
  • 57 ans
  • Créateur et dirigeant de PME

Entreprise reprise

  • Secteur d’activité : fabrication de bruleur à gaz
  • Implantation : 93
  • CA : 5,1 M€
  • Effectifs : 29 personnes

Raison de la reprise

  • Transmission

Délai de la reprise

  • 8 mois après la découverte du dossier et 2 ans après le début de la recherche.